Exposition Dyginst

Du 03/10/2017 au 06/11/2017

Ajouter au calendrier

  • CaféInk - LE HAVRE
  • Entrée libre
  • Durée : 1 mois

Tout petit déjà, le jeune Dyginst jalonnait ses cahiers de dessins de têtes de mort, de monstres
sanguinolents et autres créatures surnaturelles.
Jusqu’à l’âge de onze ans, il ne pouvait voir de films d’horreurs ou fantastiques sans qu’il en résulte une série de cauchemars et de nuits tumultueuses pour ses parents.

Un film d’horreur comme Alien qu’il regarde un soir avec son frère, l’empêche de trouver le sommeil. Sa mère, pour le rassurer, lui a raconté un peu les dessous artificiels et ludiques de la création cinématographique. C’est pour lui une révélation !

Depuis, le souhait de recréer certaines créatures issues de son imaginaire le poursuit, à tel point qu’il veut en faire son métier et passe, sur Paris, deux ans dans une école de maquillage artistique pour en apprendre les bases. Durant cette période, il crée quelques personnages éphémères, mystérieux et fantastiques qui lui vaudront la 5ème place sur 126 participants au concours de fin d’année.

La contrainte d’avoir un modèle pour réaliser ses chimères fait qu’il se rabat sur la sculpture. La première d’entre elles est une tête coupée sur la base d’un modèle en polystyrène, affublé d’un masque de troll, un maquillage précédemment réalisé, et de « morceaux » rapportés d’un crâne de renard. En fin de compte, l’école s’avère un « affreux mange-fric » et l’atelier effets spéciaux dans lequel il pensait avoir quelques chances de rester lui préfère une collègue plus « dévouée »….

Bref, une envie de changer d’orientation se fait sentir et il s’ensuit une série de travaux sur ordinateur, les « Motofontages », avec ses premiers pas sur Photoshop. Nouvel univers, nouvel outil, nouvelle approche artistique.

Pour sa première exposition, on l’incite à exposer quelques toiles en plus des « Motofontages ». Il peint, de ce fait, plusieurs toiles de différents styles en jouant avec tous les contrastes imaginables, de couleurs, de formes, d’opacité, de brillance, de clair/obscur, de profondeur, de techniques et d’autres dont on ne trouve pas le terme, les contrastes naturels et technologiques, aléatoires et volontaires. Et il n’a pas fini d’utiliser de nouvelles matières pour de nouveaux essais dans ses peintures.

C’est, pendant sa formation de graphiste à Rouen qu’il lui reprend l’envie de retoucher au fabuleux univers du fantastique en « pondant » de nouvelles créatures. Il se met en relation, par la suite, avec un taxidermiste de renom, qui lui fournit ossements et crânes, contact avec lequel il échange les différentes techniques et connaissances que l’un et l’autre possèdent sur le moulage et la sculpture. Le manque de matières premières l’amène à rechercher d’autres solutions pour s’approvisionner en os. Internet est le vecteur qui lui permet de récupérer des squelettes en tout genre et de toutes espèces, vide grenier d’un fan d’ostéologie. Fort des avis de ces nouvelles connaissances, il se met, lui-même, au nettoyage d’os récupérés à droite et à gauche.

CaféInk CAFEINK - 99, rue Paul DOUMER, 76600 LE HAVRE Seine Maritime / Normandie France

le havre caféink exposition Dyginst ARTISTE PEINTRE artiste expo